L’énergie solaire hors réseau prend racine en Afrique de l’Ouest

Portées par le succès en Afrique de l’Est, les jeunes pousses d’énergie solaire hors réseau affluent déjà en Afrique de l’Ouest, proposant des kits à carte prépayée pour satisfaire des dizaines de millions de clients qui n’ont pas un accès fiable à l’électricité. C’est donc à juste titre que partout dans le monde entier, de multiples entreprises travaillent d’arrache-pied pour accéder à ce marché croissant de l’énergie hors réseau en Afrique de l’Ouest.

Avec un marché potentiel de plusieurs milliards de dollars, les grands groupes européens de l’énergie comme EDF et Engie se mobilisent déjà pour se faire une place de choix.  Selon les dires de la directrice de la division internationale de EDF, Marianne Laigneau, c’est important d’être là maintenant, car la course est déjà lancée.

Ainsi, dans ce climat de forte concurrence, les petites entreprises sont aujourd’hui confrontées à un principal défi qu’est de savoir comment réunir suffisamment de capitaux pour fournir des kits solaires onéreux en échange de petits paiements initiaux de la part des clients.

C’est pourquoi, l’initiative Power Africa du gouvernement américain vient répondre à cette préoccupation en facilitant la mobilisation de fonds pour les entreprises qui fournissent des systèmes solaires domestiques. Ainsi, lorsque les grands projets de production d’électricité ont mis du temps à démarrer, Power Africa s’est associé à des startups à l’instar de l’OGE, M-KOPE et d.light pour accélérer l’accès hors réseau.

Selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), plus de 1,2 milliard de personnes dans le monde n’ont pas accès à un réseau électrique. Dans la plupart des pays en développement, malgré que les gouvernements étendent l’accès aux réseaux nationaux, les chiffres de l’AIE rappellent que l’Afrique est à la traîne, avec moins de 40% de ménages connectés.

De plus, selon l’AIE, environ la moitié de la population africaine totale hors réseau se trouve en Afrique de l’Ouest et du Centre. Le Nigeria, la plus grande économie d’Afrique subsaharienne et le pays le plus peuplé d’Afrique subsaharienne, abrite à elle seule environ 90 millions de personnes sans accès au réseau.

Bien que longtemps décrit comme un obstacle majeur au développement de l’Afrique, ce déficit énergétique est aujourd’hui considéré comme une opportunité par des entrepreneurs tels que Nir Marom, co-fondateur de Lumos Global, une startup hollandaise de construction de kit énergétique.

Les kits Lumos Global coûtent environ 600 $ et comprennent un panneau solaire relié à une batterie qui prend en charge les prises de courant, un adaptateur pour téléphone mobile et des ampoules LED.

Cependant avec un investissement de 30 000 francs CFA (57 dollars) le kit peut être acquit par bail. Il est muni d’un compteur numérique qui indique quand il faut recharger son compte à l’aide de son téléphone portable. Après une durée d’utilisation de cinq ans, le client sera propriétaire du kit et son énergie solaire sera gratuite.

Par ailleurs, Lumos a été lancé au Nigeria en 2016 et, à la fin de l’année 2017, il avait vendu 73 000 kits et a enregistré une croissance moyenne de 16 % du chiffre d’affaires par mois. A la fin de l’année dernière, il s’est étendu à la Côte d’Ivoire, la plus grande économie francophone d’Afrique de l’Ouest.

Néanmoins, malgré la croissance rapide à ce jour, les jeunes entreprises de production solaire hors réseau affirment qu’il faut faire davantage pour améliorer la capacité des systèmes solaires domestiques et réduire leurs coûts afin que le secteur puisse atteindre son plein potentiel.

 

Laisser un commentaire