Zimbabwe : Les ampoules non économiques seront bannies dès avril 2017.

Le Zimbabwe se retrouve dans une situation critique en termes de distribution d’électricité. Le pays est dans un déficit de puissance perpétuel, avec l’unité de production locale de Zesa Zimbabwe Power Company générant seulement 50%  des besoins énergétiques du pays.

Les producteurs d’électricité d’EGIONAL risquent de couper toute électricité au  Zimbabwe suite au non-respect des arrangements de prépaiement des importations d’électricité par la société d’électricité intégrée du pays ZESA Holdings (ZESA doit aux quatre fournisseurs environ 734 millions de dollars américains).

Le Zimbabwe a donc récemment annoncé l’interdiction de toute importation, distribution, fabrication ou vente de quelconque matériel d’éclairage non économique. Cette intervention de l’autorité de régulation de l’énergie du Zimbabwe (ZERA) a pour but de conserver l’électricité du pays, qui se retrouve face à une production insuffisante.

D’après l’agence de presse officielle « New Ziana », ce nouveau règlement viserait à la protection des consommateurs zimbabwéens quant au matériel d’éclairage de qualité inférieure et à assurer une consommation efficiente de l’électricité du pays.  Le gouvernement informe tous les importateurs, grossistes, détaillants, ingénieurs-conseils, entrepreneur, installateurs ainsi que le grand public que toute entorse à ce nouveau règlement aura pour sanction une amende ou une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 6 mois, voire les deux.  Parmi les ampoules interdites on peut compter les ampoules incandescentes (sauf quelques cas tels que les lampes à incandescences spécifiques aux équipements médicaux et laboratoires) les lampes ballast magnétiques et fluorescentes T5 et T8 et les lampes fluorescentes à halogène-phosphate T10 et T20 (faussement connues sous le nom de lampes néon). Par conséquent, chaque importateur de lampe devra obligatoirement s’inscrire auprès de l’autorité de régulation de l’énergie du pays,  et tous les produits d’éclairage sur le marché devront être détenteurs d’une étiquette informant de leurs performances en termes d’énergie et leur spécificité technique, afin d’assurer le respect du nouveau règlement. Ainsi, sur chaque étiquette, la classe d’efficacité énergétique de la lampe, sa puissance en watts, ses lumens, sa longévité et sa tension devront figurer.  L’autorité de régulation de l’énergie du Zimbabwe (Zera) a déclaré au grand public que l’interdiction entrera en vigueur le 28 avril 2017.Tout matériel ne répondant pas aux normes minimales de rendement énergétique indiquées dans le règlement sera immédiatement saisi et éliminé. La ZERA veillera efficacement au  contrôle de  l’importation d’ampoules sur le territoire zimbabwéen.  La mission de cette nouvelle règlementation sera de remplacer toutes les ampoules à incandescence par des ampoules fluorescentes économes en énergie. Parlons chiffres, une économie de 200 mégawatts serait réalisable lorsque 5.5 millions d’ampoules à incandescence seront remplacées par des ampoules fluorescentes économes en énergie. L’interdiction du matériel d’éclairage inefficace énergétiquement, améliorera (voire résoudra) nettement les problèmes actuels du pays, en matière d’énergie électrique, nous assure un haut fonctionnaire de la compagnie d’électricité Zesa Holdings.

Le Zimbabwe va-t-il enfin voir la lumière au bout du tunnel ?

Laisser un commentaire