Barrage hydraulique

Éthiopie : Démarrage de la construction de deux barrages dès juin 2017

La construction des barrages Genale Dawa VI et l’Upper Dabus en Éthiopie devrait commencer en 2017. Les études de faisabilité et les  études préliminaires d’impact environnemental et social du projet ont récemment été menées par les sociétés britanniques Globeleq et Contingent. La durée de construction de chaque projet est estimée de 4 à 5 ans, à compter de juin 2017 pour le barrage Genale Dawa VI.

Les deux barrages se situeront respectivement sur les rivières Dawa et Dabus. Ils produiront à eux deux une énergie de 672 MégaWatts, (environ 248 MW pour le Genale Dawa VI et 424MW pour l’Upper Dabus). Cette énergie s’ajoutera aux 500 MégaWatts préalablement implantés et circulant aujourd’hui dans le réseau Ethiopien.

Pour la rivière Genale-Dawa, ce ne sera pas le premier barrage. Les Genale Dawa I et II sont des projets d’irrigation des terres, qui, une fois mis en œuvre serviront pour l’agriculture commerciale.

Le barrage  Genale-Dawa III, dont l’inauguration est prévue pour 2018, produira en moyenne 1640 GigaWatts par heure. Une fois ce projet réalisé, l’Ethiopie lancera la construction du projet de Genale Dawa IV, un barrage qui produira une énergie de 250 Mégawatts.

La rivière de Dawa est d’une longueur de 858 km, elle traverse l’Ethiopie le Kenya et la Somalie. Il est essentiel de savoir que  l’Ethiopie est considérée comme la première puissance de l’Afrique pour son important potentiel hydroélectrique (un potentiel de 45 000 MW et l’on estime qu’elle peut produire jusqu’à 5 000 MW d’énergie géothermique !) Ce chiffre devrait contribuer à environ 5,8% du potentiel total du pays. (Avec un débit annuel de six milliards de mètres cubes.)

L’agence exécutive de ces projets étant l’«Ethiopian Eletric Power», le barrage  Genale Dawa 6 a été financé par le gouvernement britannique et norvégien.

« A terme, la centrale hydroélectrique du Gélae Dawa VI aura une capacité de production de 250 MW et permettra d’irriguer jusqu’à 27 000 hectares de terre dans la région d’Oromia », a confié Alex Stewart, conseiller à la Cambridge Industries.

Quant au barrage du Upper Dabus ou du Haut dabus, il sera situé dans le sud de l’Éthiopie. La rivière Dabus contient une zone de drainage de 21 032 kilomètres carrés, affluant du Nil. Sous le nom de Yabus elle atteint un des pays voisin, le Soudan.

Le but de la politique énergétique de l’Ethiopie est de multiplier par 16 la puissance électrique nationale, ce qui engendrera un passage de 2 270 MW à 37 000 MW d’ici les vingt prochaines années.

De plus, ces deux projets de barrages augmenteront les exportations d’énergie du pays vers les pays voisins, à savoir  le Kenya et le Soudan. Le gain annuel généré par ces projets est estimé à environ 150 millions de dollars en devises étrangères.  Ainsi, 76,6 millions de dollars seront générés par le barrage Genale Dawa, exporté au Kenya, et 73 millions de dollars par l’ Upper Dabus exporté au Soudan (lorsque le coût de l’électricité est de cinq centimes le KW de l’heure.)

Quel afflux de bonne nouvelles !

Laisser un commentaire