Flexy-Energy : Une alternative pour alimenter en électricité les milieux ruraux et périurbains en Afrique sur la base du mix énergétique.

En Afrique subsaharienne, de nombreuses initiatives naissent de plus en plus afin de faire face à la récurrente problématique de l’électrification. L’une d’elles, Flexy-Energy,  menée par l’Institut d’ingénierie de l’eau et de l’environnement  (2iE) dans deux villages au Burkina et au Mali commence à porter ses fruits.

Une alternative pour alimenter les régions rurales en énergies

Les problèmes d’autonomie énergétique en Afrique privent deux individus sur trois d’électricité, soit 621 millions d’habitants du continent. Ce phénomène limite l’impact des différentes actions menées par les équipes gouvernementales et institutions internationales afin de réduire la pauvreté. S’inscrivant dans la ligne directrice définie par les instances sous régionales (CEDEAO, UEMOA), l’Institut International d’ingénierie de l’eau et de l’environnement (2iE) met en œuvre un projet dénommé « Flexy-Energy » pour apporter de l’énergie durable aux ressortissants des milieux ruraux et périurbains.

Flexy-Energy, le projet qui fournit l’électricité aux ruraux à partir du mix

La particularité de cette initiative se trouve dans le mix énergétique solaire photovoltaïque et groupe électrogène utilisant du diésel.

Lancé en 2011, Flexy–Energy a atteint 5 ans plus tard des résultats honorables. Ceci se constate par l’implantation de deux centrales énergétiques au niveau du village de Bilgo se trouvant à une trentaine de kilomètres de la capitale burkinabè Ouagadougou, et au niveau de la commune de Siby située à 45 km au sud -ouest de Bamako. Il s’agit là de deux localités reculées n’ayant pas accès à l’électricité et qui bénéficient dès à présent de la lumière grâce au  mix énergie solaire-groupe électrogène diesel.

Des résultats perceptibles

Avec l’intervention de Flexy-Energie, les conditions de vie des populations se sont considérablement améliorées. En effet, les apprenants disposent de la lumière pour apprendre leurs leçons les soirs, les adultes ont beaucoup plus accès à l’information et toute une nouvelle dynamique embrasse progressivement les activités économiques et les services sociaux des deux localités impactées. De telles performances permettent au coordonnateur du projet Daniel Yamegueu de demeurer très optimiste. Si l’espoir est de mise de façon générale, il faut quand même relever que la mise en œuvre du projet connaît des sorts différents dans chaque village concerné.

Bilgo et Siby, des avancées différentes du projet Flexy-Energy

A Bilgo, Flexy-Energy alimente pour l’instant seulement les centres communautaires et les installations d’éclairage public. Les 2000 habitants qui peuplent les 300 ménages de la zone sont en attente de raccordement au réseau national de la SONABEL.

A Siby par contre, les choses sont un peu plus évoluées. En effet, une centaine de ménages ont déjà été raccordés au réseau de fourniture de l’électricité changeant progressivement le visage de la région. A en croire les autorités locales, la centrale énergétique de Siby est le projet tant espéré par les populations qui vient apporter un nouveau souffle à la vie économique et par ricochet à l’émergence du village.

Ceci se démontre par l’affluence des investisseurs dans la localité et l’apparition d’un certain nombre d’infrastructures comme des hôtels, des campements, etc. Grâce au raccordement au réseau national de fourniture d’électricité, les équipements socio communautaires fonctionnent à plein temps et la vie devient de plus en plus agréable à Siby.

Il est à espérer que ce projet aille jusqu’au bout pour le bonheur de ses bénéficiaires.

Laisser un commentaire