Séminaire de recherche au Laboratoire des Matériaux et Environnement

Électrification rurale, quel rôle pour les chercheurs ?

Au cœur des problématiques de l’Afrique figure l’énergie. En Afrique subsaharienne, une grande partie de la population, à majorité rurale n’a pas accès à l’électricité, vecteur du développement social et économique. Principale victime du réchauffement climatique et ce malgré, un potentiel énorme en énergies renouvelables, l’Afrique présente des déficits énergétiques importants (3% de la demande mondiale en énergie). Améliorer l’accès des populations à l’énergie requiert l’intervention de plusieurs acteurs (institutionnels, privés et associatifs). Dans cette optique, nous nous posons la question de savoir quel rôle les chercheurs peuvent jouer en conciliant la problématique du lien entre besoin
énergétique et développement ?

Au regard des insuffisances énergétiques liées à la capacité de fourniture de la SONABEL, le solaire Photovoltaïque (PV) devient incontournable au Burkina Faso. Pour pallier cette insuffisance, le Laboratoire de matériaux et Environnement (LAME) travaille depuis environ 2 décennies pour que l’énergie PV soit accessible à tout le monde. A cet effet, un séminaire de formation sur la technologie PV a été initié par le LAME.

Le séminaire ne visait pas à donner une analyse exhaustive de la thématique abordée, mais plutôt essayait de soulever des problématiques, afin de mieux cerner les différentes approches de modélisation des systèmes PV.

Il s’est tenu le Mercredi 07 Septembre 2016 à 9 h00 dans la salle de réunion de l’UFR/SEA avec la présence du Dr Arouna DARGA, Maître de Conférences et Enseignant-chercheur de l’Université Pierre et Marie-Curie (UPMC/France), du Pr François ZOUGMORE, Professeur Titulaire de l’Université Ouaga1 Pr Joseph KI-ZERBO, Directeur de l’Ecole Doctorale Sciences et Technologies (ST) et du Laboratoire de Matériaux et Environnement (LAME), du Pr Zacharie KOALAGA, professeur Titulaire, Directeur de l’IFOAD et Directeur-Adjoint du LAME, et bien d’autres Enseignant-chercheurs de l’Université de Ouaga1 Pr Joseph KI-ZERBO et de l’Université Polytechnique de Bobo (UPB).

Ce séminaire qui fût un moment d’échange et de partage entre les différents participants a été animé par Dr Arouna DARGA et Dominique BONKOUNGOU, docteur en énergétique.
Pendant, environ 2 heures, Dr Arouna DARGA, s’est entretenu sur la question de la maturité et de la maîtrise de la technologie PV. Il a d’abord fait un état des travaux et projets déjà réalisés ou en cours de réalisation. Ensuite, il a bordé les obstacles qui freinent l’adaptabilité des technologies solaires dans les pays du Sud, particulièrement au Burkina Faso. Une préoccupation qui a suscité beaucoup d’attention, à l’issue des échanges avec les participants. Enfin, il a terminé sa présentation en évoquant la nécessité de renforcer davantage les recherches sur la technologie solaire PV.

Une seconde présentation a été assurée par Dr Dominique BONKOUNGOU, sur la problématique de l’efficacité des modules PV et les approches de modélisation de ces modules PV. Son exposé a consisté à montrer les stratégies d’utilisation de l’énergie photovoltaïque. Il a fait ressortir l’impact d’un ombrage partiel ou total sur la production des modules PV basée sur une étude pratique. Des phénomènes qu’il faut examiner lors de la réalisation d’une installation PV.

Après leur présentation, une séance de questions-débats a été ouverte afin de permettre aux différents participants d’apporter de suggestions ou des témoignages. Cela a permis de tirer des leçons et des enseignements sur la thématique abordée.

Une pause-déjeuner a été offerte par le Directeur du laboratoire de Matériaux et Environnement (LAME), aux participants pour « recharger leur batteries » (pour parler énergétique), vue la qualité des échanges et l’énergie fournie.

Après cette pause, un atelier de formation sur la programmation et simulation, a été animé par Dr Arouna DARGA. Tous les participants ont reçu chacun un code du logiciel et une installation assistée a été faite pour ceux qui disposaient d’un ordinateur. Cette formation a été la dernière partie du programme du jour et s’est terminée à 19heures (GMT).

Le Directeur Adjoint du Laboratoire (LAME) a clôturé la séance, en encourageant les chercheurs à initier ces genres de séminaire, qui se veut un cadre d’échanges et de partage d’expériences entre chercheurs dans un domaine aussi prometteur qu’est le solaire PV. Il a remercié l’ensemble des participants, qui malgré leur agenda très chargé, ont honoré de leur présence à l’invitation et restés jusqu’à la fin du séminaire.

Laisser un commentaire