centrale solaire

Sénégal-Engie : une centrale solaire de plus

Il n y a pas si longtemps que le Sénégal procédait à la pose de la première pierre d’une centrale solaire de 20 MW à Bokhol (village du département de Dagana), la toute première de l’Afrique de l’ouest. Et voici qu’est annoncé une autre, plus grande, à Santhiou-Mekhe. Pourquoi s’arrêter en si bon chemin quand on peut obtenir beaucoup plus de son soleil?

Centrales solaires à la suite

Les énergies renouvelables semblent prendre une certaine côte en Afrique. Loin d’être un phénomène de mode, la ruée des africains vers les énergies renouvelables, plus particulièrement vers les énergies solaires, est d’abord une question de stratégie de développement des pays. Pour se sortir du « noir », le Sénégal a choisi de ne pas faire les choses à moitié. La nouvelle centrale solaire est la continuité de son ambition d’assurer une large couverture électrique dans le pays.

La firme française, Engie (anciennement EDF Suez), va construire une centrale solaire photovoltaïque d’une capacité de 30 MW – 10 MW de plus que celle de Bokhol – à Santhiou-Mekhe, une région aride et ensoleillée du Sénégal. 92000 modules photovoltaïques, 12 onduleurs de 2 MVA chacun, un transformateur et un poste électrique de 30 kV/90kV vont composer l’infrastructure. Annoncé depuis le début de l’année, les travaux seront lancés courant septembre 2016 pour être achevés en janvier 2017. L’électricité produite par la future centrale une fois mise en service sera injectée dans le réseau national d’électricité sénégalais. Un contrat d’achat de 25 ans conclu en 2014 entre Engie et SENELEC le prévoit.

Un partenariat public privé profitable

La centrale solaire de Santhiou-Mekhe résulte du partenariat entre le Fonds Souverain d’Investissement Stratégique (FONSIS) et PROPARCO, la filiale de l’Agence Française de Développement spécialisée dans le financement du secteur privé. Le projet d’un coût global de 27 milliards de francs CFA (41,16 millions d’euros) trouve son fondement dans la politique d’émergence du Sénégal dont l’un des pans est l’énergie. «Le fonctionnement normal de la centrale permettra de répondre aux fortes demandes en énergie, avec une croissance estimée à 6,2 % par an au cours de la dernière décennie», a indiqué Mathieu Peller, directeur général de l’entreprise Senergy PV SA associée à la mise en œuvre du projet.

Le Sénégal projette d’installer encore plus de centrales solaires pour atteindre à terme une capacité de 350 MW. Le total des installations garantira la sécurité énergétique du pays et contribuera à la sauvegarde de l’environnement.

Laisser un commentaire