Kayoola : le bus solaire « made in Africa »

Loin des projecteurs des salons de l’automobile, c’est sous le ciel de Kampala, la capitale ougandaise, que Kiira Motors Corporation a dévoilé au mois de février dernier son prototype de bus solaire. Le monde entier a pu découvrir Kayoola le bus solaire conçu et construit en Afrique par des africains et pour les africains. A en croire le constructeur, Kayoola apportera une grande révolution dans le secteur des transports urbains en Afrique, marché pour lequel il est prioritairement destiné.

Un bus solaire, produit du laboratoire d’une université

La recherche académique a un rôle clé dans les innovations scientifiques et technologiques. Et Kayoola est ce bel exemple de la collaboration réussie entre le milieu académique et le milieu professionnel. C’est en effet au sein du département d’ingénierie de l’université de Makerere, en Ouganda, que le projet du bus solaire a incubé et vu le jour sous l’accompagnement de la compagnie publique Kiira Motors Corporation. Si le projet du bus solaire est le tout premier du genre sur le continent, la compagnie n’en est pas à son premier concept dans le domaine de l’automobile. Le véhicule de deux place Kiira EV et la berline Kiira Smack font d’ores et déjà partie de la petite famille.

Kayoola « carbure » au solaire

Kayoola fonctionne exclusivement à l’électricité. Avec son autonomie de 80 km, le bus solaire peut transporter les 35 passagers prévus à son bord grâce à l’électricité fournie par des batteries. Des panneaux solaires disposés sur son toit permettent de recharger ces batteries mais elles peuvent aussi être rechargées à partir de l’alimentation du secteur en stationnement.

Kiira Motors Corporation entend partir à la conquête des villes africaines avec son nouveau véhicule. Les tests de conduite ont été concluants et ses arguments sont convaincants. Lors de sa présentation au public, Kayoola a séduit par son élégance et ses courbes sobres mais aussi par sa conduite souple. Le caractère écologique du bus (zéro émission de gaz polluants) devrait attirer plus de partenaires financiers afin de lancer la production en masse dès 2018. IL faut dire que Kayoola a nécessité un lourd budget pour la production de son prototype. Sa production en masse et sa commercialisation devraient permettre au constructeur d’atteindre rapidement l’équilibre. Dans la meilleure des perspectives, le bus seras vendu aux prix de 58.000 dollars et permettra la création de près de 7.000 emplois directs et indirects.

A l’instar de l’Ouganda, des pays en Afrique, bien que peu nombreux, se sont lancés dans le développement de véhicules écologiques. De nombreux projets déjà en phase d’incubation prendront certainement forme au cours des prochaines décennies. Nul doute que l’Afrique réservera une place de choix au véhicule solaire.

Laisser un commentaire