Pascal Irénée Koupaki

Des bâtiments solaires au Bénin

Les questions des énergies renouvelables ne se limitent pas à des discours stériles. C’est ce que laisse entendre le gouvernement béninois à travers sa décision d’équiper en panneaux solaires les bâtiments abritant les institutions de la république. Des bâtiments solaires pour réaliser des économies sur le réseau électrique national et rendre la précieuse énergie plus disponible aux ménages trop souvent victimes des délestages.

L’exemple au sommet

Réuni le mercredi 29 juin 2016, le dernier conseil des ministres béninois a accouché d’une décision somme toute exemplaire. En de nombreuses occasions, les gouvernements successifs de la république avaient fait montre d’un intérêt pour les énergies renouvelables. Ils en avaient d’ailleurs fait la promotion auprès du public sans pour autant prêcher par l’exemple. On garde à l’esprit les traditionnelles célébrations des journées internationales de l’énergie solaire. Ou encore les journées portes ouvertes sur l’énergie renouvelable organisées au stade de l’amitié de Cotonou à l’effet d’informer et de sensibiliser le public sur l’utilisation des sources alternatives d’énergie.

A l’issue dudit conseil, un communiqué rendu public dévoilait le projet d’installation des panneaux solaires sur les bâtiments administratifs. Sont concernés par cette décision, l’édifice de la Présidence de la République, les bâtiments ministériels existants et ceux à construire. Quand on connait le niveau de consommation (voire de surconsommation) énergétique de ces infrastructures, on peut aisément comprendre l’objectif visé par une telle décision.

Des bâtiments solaires, pourquoi ?

Le projet va permettre au gouvernement de réaliser des économies. Il permettra d’une part de réduire la facture énergétique des administrations publiques et d’autre part de rendre l’énergie plus disponible pour les ménages. Des bâtiments solaires pour quelques administrations publiques, voilà comme qui dirait à s’y méprendre, une goutte d’eau dans la mer. La réalité est que les bâtiments administratifs sont très souvent équipés d’appareils électriques gourmands en énergie (climatiseurs, réfrigérateurs, ordinateurs, imprimantes, cafetières, etc.). S’y ajoutent des comportements de gestion d’énergie peu rationnels des occupants (appareils laissés en fonctionnent en dehors des heures de services). Résultat, une note très salée pour le contribuable et des délestages en bonus.

En rappel, 40% de la fourniture électrique de la Société Béninoise d’énergie Électrique (SBEE) en 2010 a été consommé par ces seules administrations publiques. Alimenter les bâtiments administratifs en énergie solaire reviendrait à réduire ce taux de manière significative et le différentiel serait réabsorber au niveau des ménages.

La mise en œuvre par le gouvernement béninois du projet de bâtiments solaires pourrait bien être la clef de voûte de l’appropriation des énergies renouvelables par le grand public.

Laisser un commentaire