Idriss Deby Tcahd

Energies renouvelables : le Tchad se lance

L’initiative remonte au dernier forum des énergies renouvelables tenu en février 2012 à N’Djamena, capitale institutionnelle de la république du Tchad. Le président Idriss Déby Itno révélait à l’issue dudit forum sa détermination à en découdre avec les problèmes énergétiques que connait son pays depuis de nombreuses années et plus particulièrement celui de l’électrification. Dans ses propos, le président Déby entendait faire des énergies renouvelables le cheval de bataille de son quinquennat en s’appuyant notamment sur la source solaire, l’éolienne et la biomasse.

Le Tchad, un pays très ensoleillé

Pays de la bande sahélienne, le Tchad est une terre globalement aride. Avec une faible pluviométrie, et des températures allant parfois à plus de 40° Celsius, la progression du désert est accentuée par les activités des populations majoritairement rurales et dont la principale source énergétique est le bois de chauffe et le charbon de bois, faute de meilleures alternatives. L’ensoleillement y est présent sur la quasi-totalité de l’année… Ce qui à priori semblait être, il y a quelques temps, un désavantage naturel pour ce pays ensoleillé et ravagé par la désertification s’avère aujourd’hui être l’un de ses meilleurs atouts dans la course aux alternatives énergétiques.

N’Djamena capitalise le rayonnement solaire

Le soleil brille de tous ses feux sur N’Djamena la capitale tchadienne, et c’est tant mieux pour ce site désigné comme ‘’champs d’expérimentation’’ du photovoltaïque du pays. Il est prévu que la ville abrite une première centrale solaire photovoltaïque capable de délivrer une puissance de 20 MW. La centrale permettra ainsi d’alimenter en électricité les ménages locaux mettant définitivement un terme au supplice des populations.

La promotion de l’énergie solaire photovoltaïque, instruit par le président tchadien à son gouvernement fait partie d’une stratégie nationale de développement économique qui s’appuie sur la valorisation des ressources renouvelables et des matériaux locaux. Nombreux sont, à cet effet, les nouveaux bâtiments publics de la cité capitale qui disposent à ce jour d’équipements photovoltaïques destinés à leur assurer une production autonome d’électricité. Toujours en accord avec la politique gouvernementale visant à faire de N’Djamena une ville de référence, les rues désormais plus sures  bénéficient d’un éclairage intelligent grâce au concours du partenaire chinois et de son expertise sur les lampadaires solaires.

Pour atteindre les objectifs de développement escomptés et relever le défi énergétique, le président Déby n’a pas lésiné sur les moyens. C’est ainsi qu’une batterie de mesures a été décidée dont, entre autres, la création d’une agence dédiée à la régulation du secteur des énergies renouvelables, la mise en place de dispositifs fiscaux et douaniers incitatifs aux investissements dans le renouvelable.

Pour le Tchad, l’aventure solaire n’est qu’à son commencement.

Laisser un commentaire