Aéroport solaire

Énergie solaire : L’aéroport de George en Afrique du Sud bientôt autosuffisant

Ce n’est ni le plus grand, ni le plus célèbre, ni d’ailleurs le plus fréquenté des aéroports du pays des ‘’bafana bafana’’, mais simplement le tout premier qui fonctionnera exclusivement à l’énergie solaire. C’est un fait absolument inédit sur le continent africain. Au mois de février dernier, l’Afrique du Sud inaugurait par l’autorité de sa ministre des transports, Dipuo Peters, le parc solaire photovoltaïque de l’aéroport de George destiné à rendre cette infrastructure énergétiquement autosuffisante.

L’aéroport de George prend son envol… vers l’énergie solaire

3000 panneaux solaires photovoltaïques installés sur 200 mètres carrés de surface et sur les toits de quelques édifices pour générer environ 750 000 kW d’électricité représentent la première étape du projet d’électrification de l’aérogare de George, situé dans la province du Cap-occidental. Assez pour couvrir 41% des besoins en énergie électrique de l’infrastructure aérienne. Un complément d’installations de panneaux photovoltaïques devrait dans les tout prochains mois lui permettre de s’assurer une électricité 100% énergie solaire.

Un enjeu écologique

L’Afrique du Sud connait un niveau de développement des énergies renouvelables bien plus avancé que la plupart des pays africains, exception faite de ceux du Maghreb. L’intégration des énergies propres n’est donc pas une nouveauté pour ce pays  industrialisé d’Afrique qui depuis plus de dix ans s’est engagé à limiter ses émission de CO2 en réduisant sa dépendance aux énergies fossiles, sources de pollution. Bien que le recours aux sources d’énergies propres y soit encore assez minimal, les avancées en la matière sont louables. L’autonomisation énergétique de l’aéroport de George épouse ainsi fidèlement la nouvelle politique énergétique des pouvoirs sud-africains.

Un parc solaire peut en cacher d’autres

Avec son trafic modeste (600000 passagers par an), l’aéroport de George accueille principalement des vols domestiques. Faire de cette infrastructure un modèle écologique entièrement alimenté par l’énergie solaire n’est qu’un premier niveau dans la démarche ambitieuse d’Airport Company South Africa, l’agence sous la tutelle du ministère sud-africain des transports et en charge de la gestion des infrastructures aéroportuaires. L’aéroport pourra ainsi être déconnecté du réseau d’Eskom, son fournisseur actuel d’électricité. L’agence ne pense pas s’arrêter là. Elle envisage déjà l’installation des parcs solaires sur six autres sites aéroportuaires. Les travaux ont d’ailleurs démarré sur les sites des aéroports internationaux d’Upington et de Kimberley. Au terme de cette reconversion énergétique, Airport Company South Africa se satisfera d’un fonctionnement 100% énergie solaire pour ses sept aéroports.

Grâce à ses parcs solaires, l’agence compte bien faire d’une pierre deux coups tout d’abord en minimisant les charges de consommation énergétiques de ses aéroports et en réinjectant par la suite les extras de production dans le réseau d’approvisionnement d’Eskom.

Laisser un commentaire