Entreprendre en Afrique

Financement des projets d’energies renouvelables en Afrique : L’implication du secteur privé

Et si l’Afrique était l’avenir des énergies renouvelables? L’on s’accorde à dire que l’Afrique est un véritable Eldorado en matière de ressources renouvelables quasiment inépuisables. Elle est dotée d’un potentiel énergétique pouvant lui permettre d’assurer à moyen et à long terme une électrification autosuffisante ainsi qu’une redistribution sur le continent européen. Comme pour rassurer, les différentes études de faisabilité, de rentabilité et d’impact socio-économique et environnemental des projets d’énergie renouvelable révèlent un fort attrait pour ce type d’investissement. Investir dans le renouvelable présente donc une valeur économique et sociale sure et certaine. Pourtant, les financements relatifs ne suivent pas toujours. Les Etats se buttent très souvent au manque de capitaux; et, bien de projets sont ainsi voué à l’abandon.

Rôle du secteur privé dans le développement des énergies renouvelables

La problématique du déficit énergétique conduit les Etats africains vers le développement de nouvelles formes d’énergies. Les énergies renouvelables présentent un attrait important pour les gouvernements soucieux d’améliorer l’offre énergétique et les stratégies pour ce faire se diversifient. L’investissement initial dans le renouvelable induit des capitaux importants dont ne disposent pas toujours les Etats. Le recours, par ailleurs, à l’endettement auprès des bailleurs de fonds historiques et des nouveaux bailleurs de fonds (d’Asie notamment) ne présentent pas que des avantages. Face à ces contraintes, les Etats – dont on connait les réticences à la libéralisation du secteur – sollicitent de plus en plus l’intervention des acteurs du secteur privé dans leurs stratégies de développement des énergies renouvelables. Capable d’engranger des capitaux importants auprès des institutions financières, le secteur privé apparait comme un partenaire déterminant des Etats dans leurs stratégies de développement des énergies renouvelables.

En outre, le bénéfice d’un partenariat public-privé peut être apprécié sous plusieurs prismes: D’une part, l’émergence d’entrepreneurs privés permettrait un soutien aux services publics de fourniture d’électricité et donc une nette amélioration de l’offre énergétique avec pour corolaire le développement du secteur industriel ; d’autre part la création d’emplois entrainant de meilleurs conditions de vie des populations.

La difficile équation de l’accès aux financements

La recherche de capitaux et l’accès aux financements est la clé de voûte de la réalisation de tout projet d’énergie renouvelable. Le secteur privé a, certes, la capacité de mobiliser des capitaux auprès des institutions financières, mais il se heurte parfois à des réticences, notamment des institutions bancaires. Comment comprendre cette réticence des banques (pourtant sur-liquides) à accorder des lignes de crédit pour des projets d’énergie renouvelable? Le problème viendrait plus d’une désinformation que da la viabilité des dits projets. En effet la méconnaissance des banques sur les questions d’énergies renouvelables rend plus ardu l’accès au financement par ce mécanisme. Ne disposant souvent pas d’expertise, les banques considèrent, le risque que peut présenter ce type d’investissement.

Par bonheur, les mentalités évoluent. Ce qui hier était systématiquement considéré comme un risque est progressivement perçu comme une opportunité à saisir. L’énergie renouvelable est aujourd’hui, plus que jamais, un levier de développement de l’Afrique.

Laisser un commentaire