Électrification rurale : de l’énergie solaire pour de meilleures conditions de vie à Sampopo

Le 23 avril dernier était jour de fête à Sampopo, une localité située dans la commune de Nouna, province de la Kossi, région de la Boucle du Mouhoun. Ce jour, en effet, les populations sont sorties nombreuses pour recevoir des équipements électriques. Des équipements offerts par le Fonds de développement de l’électrification (FDE) et financés par le Conseil de l’Entente. Cinq allocutions ont ponctué cette cérémonie.

Une vue des autorités lors de la cérémonie

Dans une brève adresse, le chef de village a dit sa joie de recevoir ces équipements au nom des populations.

Le président de la délégation spéciale

A sa suite, le président de la délégation spéciale (PDS), préfet du département de Nouna, a souhaité la bienvenue à tous. Il a rappelé que l’énergie est un facteur essentiel de développement et de lutte contre la pauvreté. Il a cité l’impact que cela induira sur les résultats scolaires, du fait que les écoliers pourront réviser leurs leçons à la lumière de ces lampes. Leurs enseignants pourront également préparer leurs cours dans de bonnes conditions.

Le PDS a dit que Nouna est composé de 60 villages administratifs. Sampopo ayant été privilégié, il reste encore 59 villages. Il a donc souhaité que ces villages puissent aussi bénéficier de ces équipements.

Le représentant des bénéficaires

Le représentant des populations, président de la Coopérative d’électricité, Coopel, a également exprimé son immense joie. Il relevé le fait que les œuvres de l’électricité sont indénombrables. D’où ses remerciements au Conseil de l’Entente et au gouvernement. Il a promis que les équipements seront bien entretenus et gérés au bénéfice des populations.

Vint le tour du donateur, le Secrétaire exécutif du Conseil de l’Entente, Patrice Kouamé, de prendre la parole. D’emblée, il a déclaré que le déplacement d’Abidjan à Sampopo en valait la peine, au regard de la mobilisation des populations. «Nous sommes très touchés par cet accueil si chaleureux que nous partageons votre joie» a-t-il souligné.

Le Secrétaire exécutif du Conseil de l'Entente, devant le bâtiment du COOPEL

Pour avoir été pendant 10 ans le Président du Conseil général de Toumodi en Côte d’Ivoire et depuis 2012 Secrétaire exécutif du Conseil de l’Entente, Patrice Kouamé a dit savoir que «cette réalisation va transformer radicalement les conditions de vue de la population et impulser le développement économique, social et culturel de Sampopo».

Car, il est convaincu que les résultats scolaires vont s’améliorer, les élèves pouvant désormais étudier le soir. Les familles vont également faire des économies sur les dépenses en pétrole, en piles et en recharge des téléphones. La santé va être aussi impactée car les conditions de prestations des soins la nuit vont s’améliorer, de même qu’il y aura moins de piqures de scorpions et de morsures de serpents.

Puis il a expliqué qu’en 2012, lorsque les Chefs d’Etat ont décidé de la reprise des activités du Conseil de l’Entente à travers le renforcement de la coopération politique, sécuritaire et culturelle, ils ont donné des instructions afin que des infrastructures qui améliorent les conditions de vie soient réalisées au bénéfice des populations rurales. Ce qui est en train d’être fait dans les cinq pays qui composent le Conseil de l’Entente que sont le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Niger et le Togo.

C’est ainsi que, en 2013, Dori a bénéficié de la construction d’un CEG. En 2014, des villages ont bénéficié de forages dans la région du Centre-Sud. Cette fois, c’est un village qui bénéficie d’équipements électriques. En 2016, c’est Soungaledaga, commune de Bama, province du Houet, Région des Hauts-Bassins, qui bénéficiera d’un projet similaire.

Le ministre de l’Energie, des Mines et des Carrières, Alpha Oumar Dissa, qui a bouclé la série des allocutions, s’est réjoui de l’accompagnement du Conseil de l’Entente. «Ce don du Conseil de l’Entente est un symbole important pour le Burkina Faso. La question de l’électrification rurale et de l’accès à l’énergie est importante. On ne peut pas chercher à fournir l’électricité aux populations des zones rurales sans prendre en compte le facteur socioéconomique. Et le solaire permet de résoudre cette question. Parce que quand vous faites la production thermique pour les zones rurales, il faut aussi mettre les moyens pour les charges de fonctionnement» a dit le ministre. Alors qu’avec le solaire, une fois les équipements installés, l’entretien devient plus aisé. Voilà pourquoi le ministre pense que l’option des énergies renouvelables pour la fourniture de l’électricité aux zones rurales est la bonne.

«Et puisque nous sommes en train d’aller vers la transition énergétique, ces équipements participent à l’édifice global de cette dynamique» a-t-il poursuivi. L’action du Conseil de l’Entente participe donc à aider le Burkina Faso à augmenter le taux d’électrification du pays, a fait remarquer Alpha Omar Dissa.

Remise symbolique des équipements

Avant de terminer son propos, il a annoncé la création, pour bientôt, de l’Agence nationale des énergies renouvelables qui va accompagner techniquement les installations solaires dans les villes et campagnes, de sorte que les équipements aient un entretien adéquat qui leur permet d’atteindre leur durée de vie réelle. Parce qu’on a constaté que là où ces dispositifs existent, beaucoup sont en panne.

Les installations de Sampopo ont coûté 42 millions dont 2 millions d’apport de bénéficiaires. Ils ont été installés par l’entreprise SUNRE. Pour clore la cérémonie, il y a eu la coupure du ruban symbolique, donnant l’accès à la salle où le Secrétaire exécutif a procédé à la remise symbolique des installations au ministre.

 

Composition des équipements:

– 50 kits de type 1 comprenant: 1 panneau solaire, 1 ampoule, 1 chargeur, 2 multifonctionnel;
– 150 kits de type 2 comprenant: 1 panneau solaire, 3 ampoules, 1 chargeur;
– 150 type 3 comprenant: 1 panneau solaire, 2 ampoules, 1 chargeur;
– 5 kits solaires semi-collectifs comprenant: 1 panneau solaire, 3 ampoules, 1 chargeur pour la recharge de téléphones portables et l’alimentation d’un téléviseur couleur ou d’un ventilateur;
– 1 kit solaire collectif comprennent: 1 panneau solaire, 1 ensemble télé vidéo et audiovisuel, 4 réglettes de 120 cm avec prise de courant de 230 V;
– 4 lampadaires solaires lumineux ;
– et un guichet type COOPEL

Source : Les échos du Faso

Laisser un commentaire