Centrale solaire de Bokhol, le signal fort de la virée du Sénégal vers les énergies renouvelables

En Afrique subsaharienne, l’heure est à la promotion des alternatives renouvelables en faveur du secteur des énergies. Le Sénégal donne l’exemple de sa reconversion vers les énergies renouvelables avec son projet de centrale solaire à Bokhol.

Les détails techniques du projet

Le 17 mars 2016, le gouvernement sénégalais a procédé au lancement d’un important projet d’énergie renouvelable. Il s’agit de la centrale solaire de Bokhol dénommée ‘Senergy2’. Le village accueillant le site se trouve dans le département de Dagana dans la partie Nord du Sénégal. Connue comme étant la partie la plus ensoleillée du pays, Bokhol recevra au terme de ce projet une infrastructure solaire  de 20 mégawatts de puissance. Cette infrastructure solaire est implantée sur une superficie de 35 hectares. Sur celle-ci, seront installées 76 000 panneaux photovoltaïques à raison de 265 watts chacun. Avec la mise en place de Senergy2, le pays connaitra une production énergétique supplémentaire de 34 GWh par an. Il est prévu que cette centrale dont la construction est assurée par le groupe français Vinci Energies soit raccordée au réseau du distributeur national d’électricité, la SENELEC.

Les impacts attendu de l’installation de la centrale solaire de Bokhol

La mise en œuvre du projet Senergy 2 a permis la création de 150 emplois directs et indirects. La centrale solaire de Bokhol permettra à environ 180 000 personnes de sortir du déficit énergétique.  L’autre impact attendu à la fin de la construction de la centrale solaire de Bokhol est l’amélioration du coût de l’énergie électrique aussi bien au niveau de la production que lors de sa distribution. La SENELEC a fixé le coût du kilowatt à 65 francs, montant qui arrange toutes les parties.

Un projet qui cadre avec les engagements de la COP21

Mais le projet de construction de la centrale solaire de Bokhol ne s’arrête pas qu’à ces détails. Allant plus loin, le gouvernement sénégalais entend faire de cette installation solaire un signal fort rentrant dans le cadre des engagements pris par le pays lors des rencontres de la COP 21 tenue à Paris en décembre 2015. En effet, avec la mise en œuvre de la centrale photovoltaïque de Bokhol, le pays compte éviter 25 000 tonnes d’émission de gaz à effet de serre par an. Par ailleurs, le projet Senergy 2 traduit aussi l’engagement du gouvernement sénégalais d’accroître la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique du pays.

Coût et financement du projet

Cette infrastructure solaire nécessite un investissement de 17 milliards de francs CFA. Il est le fruit d’un partenariat entre les secteurs public et privé suivant un plan de capitalisation selon lequel 45 % des revenus générés par les investissements réalisés devront rester au Sénégal. La mise en œuvre de ce projet tient lieu d’un partenariat entre la Caisse des dépôts et de consignation du Sénégal (CDC) et un groupe d’investisseurs privés sénégalais et internationaux voulant exploiter le potentiel africain en termes de projets d’énergie renouvelable. Ainsi, la CDC prend part au capital du projet à hauteur de 3,2 milliards de francs CFA, détenant par conséquent 33% des participations.

Devant être finalisé courant octobre 2016, le projet connait une très bonne avancée. C’est d’ailleurs le constat fait par le directeur général de SENELEC lors de sa récente visite de chantier.  Ladite visite d’inspection a permis d’évaluer l’évolution du chantier à 80%, de bon augure donc !

Laisser un commentaire